Liens d'accessibilité

Réformes en profondeur pour la BAD


Le Rwandais Donald Kaberuka préside, depuis juillet 2005, la Banque africaine de développement (BAD), une institution pour laquelle il a une nouvelle vision. Au plan interne, la nouvelle équipe dirigeante cherche à « consolider la solidité financière de l’institution, à améliorer l’efficacité des opérations » a expliqué le chef du service de la Communication de la BAD, Eric Chinje, dans une interview accordée à Ferdinand Ferella.

La BAD est une institution très centralisée et rigide, et c’est pourquoi, il est nécessaire de la rendre plus décentralisée, a dit M. Chinje. Pour le chef de la communication de la BAD, il faudra notamment veiller à ce que les projets de la BAD soient exécutés et qu’ils assurent effectivement le développement des pays concernés.

Pour ce qui des secteurs d’activités de la BAD, M. Chinje a dit qu’ils sont essentiellement la gouvernance, les infrastructures et les questions financières. La BAD s’est engagée à renforcer la bonne gouvernance dans ses pays partenaires. Elle s’est donnée des objectifs et un calendrier précis dans certains domaines, a indiqué M. Chinje. Ainsi, par exemple, la BAD s’est engagée à fournir de l’eau potable à toutes les zones rurales d’ici 2020.

Les défis sont importants pour tous les experts de l’institution africaine, mais ces cadres sont motivés, a assuré M. Chinje, ajoutant que ces experts veulent faire de la BAD un centre de savoir en matière de développement africain, un important outil dans le processus de développement de l’Afrique.

XS
SM
MD
LG