Liens d'accessibilité

Etats Unis: La pionnière des droits civiques Rosa Parks n'est plus

  • Camille Grosdidier

Madame Parks, dont la santé se détériorait depuis plusieurs années, est décédée mercredi soir, à son domicile de Detroit dans le Michigan, à l’age de 92 ans. Le premier décembre 1955, elle était entrée dans l’histoire en refusant de céder son siège.

Ce jour-là, cette couturière de Montgomery dans l’Alabama, avait emprunté un autobus pour rentrer chez elle. Pour se conformer à la ségrégation raciale de l’époque, elle s’était assise dans la onzième rangée, derrière les sièges réservés exclusivement aux Blancs. Selon les lois municipales de l’époque, les Noirs pouvaient utiliser les sièges à partir de la onzième rangée jusqu’au fond du bus.

Rosa Parks se rappellera plus tard que le bus était bondé. Des gens étaient debout au milieu du bus lorsque plusieurs Blancs sont montés. L’un d’eux, un homme, a dit au conducteur qu’il voulait s’asseoir. Usant de son autorité et invoquant la loi en vigueur, le conducteur a intimé à Madame Parks et à trois autres Noirs l’ordre de céder leurs places aux Blancs. Tous se sont exécutés, à regrets, à l’exception de Madame Parks.

« Lorsqu’ils se sont levés, et que je suis restée assise, le conducteur m’a demandé si j’allais me lever, et je lui ai dit ‘‘non’’ et il m’a dit que si je ne me levais pas, il allait me faire arrêter. Et je lui ai répondu ‘faites-le donc, et qu’on m’arrête » expliquera Madame Parks. Le chauffeur d’autobus contacta la police.

« Il m’a pointé du doigt et a dit: Celle-là ne veut pas se lever. Les deux policiers se sont rapprochés de moi, et l’un d’eux m’a parlé. Il a demandé si le conducteur m’avait demandé de me lever et j’ai dit, ‘Oui.’ Il a demandé pourquoi je ne m’étais pas levée. Je lui ai dit que je ne pensais pas que je devrais me lever. Et je lui ai demandé: ‘Pourquoi nous maltraitez-vous tant?’ Et il m’a dit: ‘Je ne sais pas, mais la loi est la loi et vous êtes en état d’arrestation’»

Rosa Parks expliquera par la suite qu’elle était restée assise parce qu’elle tenait à être traitée avec dignité. « Ce n’est pas la façon dont je voulais être traitée après avoir payé la même somme que cet homme. Il n’avait pas payé plus que moi, mais j’avais travaillé toute la journée et je me souviens que j’étais fort agacée et fatiguée. Et j’étais déterminée à montrer ce que je ressentais, que je devais être traitée décemment à bord de ce bus où dans n’importe quel autre endroit, » affirmera Rosa Parks.

Madame Parks travaillait également, à l’époque, pour la branche locale de la NAACP, l’Association nationale pour l’avancement des personnes de couleur. Mais elle ne cherchait pas du tout à se faire arrêter, soutiendra-t-elle toute sa vie. D’autant que le weekend suivant son arrestation, elle devait aider à organiser une conférence de jeunes militants de la NAACP.

L’arrestation de Rosa Parks déchaînera une vague de manifestations sans précédent, notamment le boycott, par les Noirs, des autobus de Montgomery ; un boycott d’autant plus crucial que 70% des passagers d’autobus de la ville étaient des Noirs.

Ce boycott marquera l’entrée en scène du jeune révérend Martin Luther King Junior. Ce dernier prendra la tête de l’Association pour l’amélioration de Montgomery, groupe qui organisera et mènera le boycott des autobus. Le groupe intentera également un procès contre la législation ségrégationniste de Montgomery. Le 20 décembre 1956, la Cour Suprême des Etats Unis trancha en faveur des militants qui menaient leur boycott depuis 382 jours. Elle somma la municipalité de Montgomery de mettre fin à la ségrégation raciale dans les transports publics. Rosa Louise McCauley, épouse Parks, petite couturière née en 1913 dans l’Alabama, avait ainsi changé le cours de l’histoire des Etats Unis.

Rien, apparemment, ne la prédestinait à ce rôle de premier plan. Inscrite par ses parents dans une école de Montgomery, elle avait appris la couture. C’était une question de survie, à une époque où, comme beaucoup de Noirs, Rosa n’avait aucun droit. La nuit, elle entendait passer les chevaux des membres du Ku Klux Klan, et suivait parfois, de loin, des lynchages de Noirs. A 19 ans, Rosa épousa Raymond Parks, un barbier qui militait pour les droits civiques. C’est ce qui explique son adhésion à la NAACP.

Peu après la fin du boycott des autobus de Montgomery, la famille Parks déménagera pour s’installer à Detroit dans le Michigan. Il s’agissait pour elle d’échapper aux menaces du Ku Klux Klan et des individus hostiles à la déségrégation. Raymond Parks reprendra son travail de barbier. Rosa Parks travaillera, pour sa part, pendant plusieurs années pour le député du Michigan John Conyers Junior. Ayant conquis sa timidité, elle deviendra une porte-parole du mouvement en faveur des droits civiques.

Plus tard, couverte d’honneurs, elle inspirera même des chansons, dont « Sister Rosa » du groupe The Neville Brothers. Cette chanson dit notamment « Merci, Mademoiselle Rosa, Vous êtes l’étincelle, Vous avez lancé notre mouvement pour la liberté. »

XS
SM
MD
LG