Liens d'accessibilité

L’immigration clandestine est le résultat du désespoir, estime l’OIM

  • Idriss Fall

Le renvoi dans leurs pays d’origine, par le Maroc, des candidats africains à l’émigration relance le débat sur les causes profondes de ce phénomène. Pour certaines ONG internationales, cette vague d’immigration clandestine africaine dans les enclaves espagnoles de Melilla et de Ceuta est le résultat du désespoir.

Les pays d’origine des candidats à l’émigration ne sont pas capables de leur fournir l’emploi dont ils ont besoin, a expliqué à Alassane Samba Diop, notre correspondant à Dakar, Mme Ndioro Ndiaye, directrice-adjointe de l’Organisation internationale des migrations.

« Ces jeunes, malheureusement, vont devoir faire les frais de différentes décisions qui sont en train d’être prises au niveau européen » a expliqué Madame Ndiaye, soulignant que l’Europe surveille de plus en plus ses frontières et expulse une bonne partie de ses migrants illégaux.

« Tant que les pays d’origine de ces migrants ne s’assoient pas à la même table que les pays européens pour discuter en tant que partenaires, nous aurons toujours ces problèmes » a averti la directrice-adjointe de l’OIM qui note que les candidats à l’émigration sont tellement motivés que rien d’autre ne peut les retenir.

XS
SM
MD
LG