Liens d'accessibilité

Les Américains battent le record pour les Prix Nobel 2005

  • Camille Grosdidier

L’académie royale de Suède a décerné mardi à Stockholm le Nobel de physique aux Américains Roy Glauber ainsi qu’à l’Allemand Theodor Hansch. Ces trois scientifiques ont été récompensés pour leurs travaux sur l’application de la physique quantique moderne à l’étude de l’optique. Leurs recherches ont permis d’améliorer les lasers, les horloges optiques et d’autres instruments.

Roy Glauber, 80 ans, travaille à l’université Harvard. Il a notamment mis au point les outils mathématiques permettant de quantifier la lumière. L’académie royale de Suède a salué en lui « le père de l’optique quantique, » ses théories ayant ouvert la voie aux découvertes de Hall et d’Haensch. Il recevra le 10 décembre, à Stockholm, la moitié de ce prix Nobel d’un million d’euros.

John Hall, 71 ans, de l’université de Colorado et Theodor Haensch, 63 ans, de l’université Ludwig Maximilien de Munich ont été récompensés pour leurs travaux sur la spectroscopie au laser, c’est-à-dire la détermination de la couleur de la lumière, des atomes et des molécules avec une précision extrême, souligne l’académie des sciences de Suède. Ils se partageront l’autre moitié du prix.

Deux autres Américains et un Français ont remporté, mercredi, le Prix Nobel de chimie 2005. Il s’agit de Richard Schrock, 60 ans, qui enseigne à Massachusetts Institute of Technology, de Robert Grubbs, 63 ans, enseignant au California Institute of Technology, et du Français Yves Chauvin, 74 ans, chercheur à l’Institut français du pétrole.

Ces lauréats sont récompensés pour leurs travaux sur le développement de la métathèse en synthèse organique, un procédé utilisé quotidiennement dans l’industrie chimique et, qui selon l’académie des sciences de Suède, constitue une grande avancée pour la chimie. Leurs travaux ont ouvert des possibilités fantastiques pour la fabrication de médicaments, ajoute l’académie dans son communiqué. La métathèse est utilisée essentiellement dans le développement de produits pharmaceutiques et de matériaux plastiques. Grâce aux trois lauréats, cette méthode est devenue plus efficace et plus écologique, souligne l’académie.

Les trois scientifiques se partageront le prix d’une valeur de 1,3 million d’euros.

XS
SM
MD
LG