Liens d'accessibilité

Le président Bush nomme Harriet Miers comme juge à la Cour suprême

  • Camille Grosdidier

Le président George Bush a désigné son ancienne avocate personnelle, Harriet Miers, comme juge à la Cour suprême, pour remplacer Sandra Day O’Connor qui prend sa retraite. Cette décision a immédiatement suscité des inquiétudes chez les démocrates. Ceux-ci redoutent que Mme Miers soit trop proche du chef de l’exécutif pour être vraiment indépendante.

Le président Bush a salué en Harriet Miers, 60 ans, une pionnière de la profession juridique. Elle a été, en effet, la première femme nommée à la tête du barreau du Texas, et aussi du barreau de la ville de Dallas, dans ce même état. Selon M. Bush, Harriet Miers interprètera strictement la Constitution des Etats-Unis et les lois. Elle ne cherchera pas à légiférer, a déclaré le président Bush.

Harriet Miers n’a pas d’expérience en tant que juge fédérale, mais a occupé plusieurs postes à la Maison Blanche depuis l’arrivée de M. Bush en 2001. Elle a notamment succédé, en 2004, à Alberto Gonzalez au poste de chef des services juridiques de la présidence après que ce dernier, autre proche collaborateur de M. Bush, eut été nommé ministre de la Justice.

Les neuf juges de la Cour suprême sont nommés à vie, par le président des Etats-Unis, mais avec l’approbation du Sénat. Si la chambre haute, actuellement contrôlée par les républicains, confirme Mme Miers dans ses fonctions, elle remplacera la juge Sandra Day O’Connor qui a annoncé son départ à la retraite, mais attendait la nomination et la confirmation de son remplaçant pour quitter son poste.

Harriet Miers a, d’ores et déjà, annoncé les priorités qui, à son avis, devraient être celles d’un juge de la Cour suprême. Elle reconnaît qu’en cas de confirmation, elle aura l’énorme responsabilité de maintenir la force du système juridique américain et d’assurer que les tribunaux appliquent strictement les lois et la Constitution.

N’ayant pas été juge, Harriet Miers n’a jamais eu à prendre publiquement position. C’est ce qui explique la réaction mitigée des démocrates à sa nomination. Les sénateurs démocrates ont immédiatement fait valoir qu’ils ont besoin d’en apprendre bien davantage sur Mme Miers. Dans un communiqué, le sénateur Patrick Leahy s’est inquiété du fait que la candidate est si proche du président Bush qu’elle ne pourra peut-être pas faire preuve d’indépendance, une fois admise à la cour suprême.

Le sénateur républicain Arlen Specter, qui préside la commission judiciaire du Sénat, s’est joint aux démocrates pour promettre un examen complet de la nomination de Harriet Miers. Cependant, Bill Frist, chef de la majorité républicaine au sénat, se dit déjà sûr que la chambre haute approuvera la nomination dans les semaines à venir. Après tout, les républicains contrôlent 55 des 100 sièges au sénat. Cette majorité est suffisante pour installer Harriet Miers au poste vacant de Sandra Day O’Connor.

XS
SM
MD
LG