Liens d'accessibilité

Gabon: l’opposition fait état de fraudes avant la présidentielle de décembre


Au Gabon on assiste à une levée de bouclier de l’opposition: dix partis ont dénoncé, vendredi, les conditions “illégales” de préparation de l’élection présidentielle de décembre prochain. Ces partis citent l’établissement d’une liste électorale incorrecte et la nomination d’un proche du président Omar Bongo Ondimba à la tête de la Commission nationale électorale, entre autres. En clair, l’opposition accuse le gouvernement Bongo de préparer un “hold up” électoral.

Contacté à Libreville par Lamia Gritli, Richard Moulomba Mombo, secrétaire général de l’Union du peuple gabonais, l’UPG, a dénoncé “le manque de transparence” dans l’établissement de la liste électorale. Selon lui, cette liste devrait s’appuyer sur les résultats du dernier recensement général de 2003. Or, soutient M. Moulomba, ce recensement a donné à cinq résultats différents, si bien qu’on n’a pas de chiffres fiables à utiliser.

Le secrétaire général de l’Union du peuple gabonais a, ailleurs, dénoncé la nomination à la présidence de la Commission électorale de Gilbert Ngoulakia, un “neveu” du président Bongo Ondimba, soutient-il. Pour M. Moulomba, les fonctions de M. Ngoulakia à la tête de la cour des comptes le disqualifient, en principe, de la présidence de la Commission nationale électorale.

XS
SM
MD
LG