Liens d'accessibilité

Brazzaville: Déception des familles des victimes après l’acquittement des 15 accusés


Le procès des “disparus du Beach” au Congo-Brazzaville domine l’actualité régionale. Les 15 accusés ont été acquittés mercredi par la cour criminelle de Brazzaville.

En majorité des haut gradés de la police et de l’armée congolaises, ils comparaissaient pour leur implication présumée dans la disparition en 1999, au port fluvial de Brazzaville, de Congolais rentrant de la République démocratique du Congo voisine où ils s’étaient réfugiés en 1998 du fait de la guerre civile dans leur pays. L’Etat congolais a été condamné à verser 10 millions de FCFA à chacune des 86 familles reconnues comme ayant perdu des parents dans cette affaire.

Ferdinand Ferella fait le point avec notre correspondant à Brazzaville, Jean Joseph Nkoua. Ce dernier a expliqué que selon la cour, Le gouvernement congolais n’a pas pris assez de mesures pour protèger les réfugiés à leur retour d’exil, en mai 1999: il va verser 10 millions de francs CFA pour 90 disparus éligibles.

Par ailleurs, la Cour criminelle a décidé qu’ ils ne pourront pas faire l’objet de poursuites pour les mêmes chefs d’accusation: crimes contre l’humanité, de guerre et crimes de génocyde, a relevé notre correspondant.

Ferdinand Ferella a par ailleurs obtenu la réaction à ce verdict de Vincent NiamanKessi, vice-président du Comité des familles des disparus du Beach, qui a lui-même perdu un fils en 1999.

“Pour moi la cour criminelle a fait de la politique et n’a pas dit le droit” a dit M. Niamankessi qui a dit que son association a l’intention de poursuivre cette affaire. Il dit n’avoir rien appris, au cours du procès, sur ce qu’il est advenu de son fils.

XS
SM
MD
LG