Liens d'accessibilité

Euro-2016 - Compte à rebours avant demies et finale


Antoine Griezmann, Toni Kroos, Cristiano Ronaldo, Gareth Bale: ils étaient en finale de la Ligue des champions avec leurs clubs le 26 mai et rêvent maintenant de la finale de l'Euro-2016 le 10 juillet avec leurs sélections.

Mais avant le Stade de France (près de Paris), il y a les demi-finales. A Marseille (sud), jeudi, l'Euro s'offre un classique, France-Allemagne. Évidemment, les souvenirs du mythique France-RFA à Séville (Espagne) en 1982, demi-finale de Coupe du monde, flottent dans l'air. Avec les images du Français Patrick Battiston sur une civière après avoir été percuté par le gardien adverse Harald Schumacher, et les Allemands qui gagnent une séance de tirs au but renversante.

"Ce match de Séville, c'est mythique, même les plus jeunes en ont entendu parler par leur père ou leur grand-père. Ce match est inoubliable, il est resté dans la légende du foot par son déroulement, sa dramaturgie, et par toutes les émotions qu'il a pu procurer", expose à l'AFP Bernard Genghini, ancien membre du célèbre carré magique des Bleus de l'époque.

Dans les années 1980, du côté français, il y avait les Michel Platini, Alain Giresse, Jean Tigana ou Genghini pour animer le jeu. Aujourd'hui, les nouveaux héros s'appellent Antoine Griezmann, Dimitri Payet, Olivier Giroud ou Paul Pogba.

- L'incroyable saison de 'Grizzi' -

Griezmann vit donc une saison incroyable, puisqu'il était sur la pelouse de Milan le 26 mai pour la finale de la Ligue des champions. Un match perdu avec son Atletico Madrid face au Real Madrid de joueurs encore en lice à l'Euro-2016, Toni Kroos (Allemagne), Cristiano Ronaldo et Pepe (Portugal) et Gareth Bale (pays de Galles).

Le 26 mai, "Grizzi" avait manqué un penalty. Il s'en est bien remis: il est le meilleur buteur de l'Euro (4 réalisations) et a également signé deux passes décisives. Pourra-t-il guider les Français vers un sacre à domicile, comme Platini en 1984 et Zinédine Zidane en 1998?

Les Bleus ont en tout cas dans leur effectif un joueur talisman face à l'Allemagne: Giroud, avec un but pour sa première sélection le 29 février 2012 (2-1), un autre le 13 novembre dernier (2-0). "On dit que les Allemands me réussissent", glisse le grand (1,92 m) barbu du bout des lèvres, goguenard.

- CR7, quête du 4e Ballon d'Or -

Les Allemands paraissent amoindris: Mario Gomez ne jouera plus du tournoi, Sami Khedira, également blessé, est forfait pour la demi-finale, Bastian Schweinsteiger incertain et Mats Hummels suspendu. Hummels, c'est lui qui avait marqué le but de la victoire allemande en quart de finale du Mondial-2014 au Brésil contre la France (1-0). Cela suffit-il à faire douter la Mannschaft?

Pas à en croire Joachim Löw, le sélectionneur allemand: "Indépendamment de nos problèmes d'effectif, on sait ce qu'on doit faire et on se réjouit de jouer ce match".

Cristiano Ronaldo aborde, lui, surmotivé sa demi-finale avec le Portugal contre le pays de Galles de son équipier au Real, Gareth Bale mercredi à Lyon (est). CR7 a plusieurs objectifs. D'abord emmener enfin sa Selecçao vers les sommets. Egaler puis battre le record de buts dans l'histoire de l'Euro de Platini (9 en une seule édition en 1984, quand CR7 en a 8 en quatre Euros). Et faire un pas de plus vers un quatrième Ballon d'Or.

Bale voudrait, lui, écrire l'histoire du foot gallois, qui n'avait jamais fait mieux qu'un quart de finale du Mondial-1958. Intelligemment, il refuse de résumer cette demi-finale par un duel entre lui et Ronaldo: "Ce n'est pas seulement entre deux joueurs. Tout le monde le sait. C'est entre deux nations en demi-finale, onze hommes contre onze hommes". Les Bleus comptent, eux, sur un douzième élément, le public français.

Avec AFP

XS
SM
MD
LG