Liens d'accessibilité

Somalie: un homme présenté comme un citoyen turc tué dans une fusillade (police)


Des soldats somaliens se tiennent près de l'épave d'une voiture piégée qui a explosé à Mogadiscio, en Somalie, 19 déc 2015.

Des soldats somaliens se tiennent près de l'épave d'une voiture piégée qui a explosé à Mogadiscio, en Somalie, 19 déc 2015.

"Des hommes armés conduisant une voiture ont ouvert le feu sur un étranger près d'une mosquée", dans le quartier d'Hodon, au sud de Mogadiscio, a indiqué Mohamed Abidrahman, un responsable de la police.

Un homme, présenté comme un citoyen turc, a été tué vendredi dans une fusillade menée par des hommes armés non identifiés à Mogadiscio, la capitale de la Somalie, selon la police et des témoins.

"Des hommes armés conduisant une voiture ont ouvert le feu sur un étranger près d'une mosquée", dans le quartier d'Hodon, au sud de Mogadiscio, a indiqué Mohamed Abidrahman, un responsable de la police.

"Nous ne connaissons pas les détails, mais les informations initiales que nous avons obtenues indiquent qu'un citoyen turc a été abattu", a-t-il ajouté.

L'ambassade turque à Mogadiscio n'était pas immédiatement joignable pour confirmer l'information.

"Trois hommes à la couleur de peau claire sortaient de la mosquée après y avoir fait la prière du vendredi, quand ils ont été attaqués", a expliqué un témoin Abdukadir Ali.

"L'un d'entre eux a été tué dans l'attaque et les deux autres s'en sont sortis. J'ai entendu dire que la victime était un ingénieur turc, qui travaillait pour une compagnie turque", a-t-il ajouté. Son témoignage a été corroboré par plusieurs autres personnes.

L'attaque n'a pas été immédiatement revendiquée, mais les islamistes somaliens shebab, affiliés à Al-Qaïda, mènent régulièrement ce genre d'opérations à Mogadiscio.

Les shebab, chassés depuis mi-2011 de Mogadiscio, puis de leurs principaux bastions du centre et du sud de la Somalie, contrôlent toujours de larges zones rurales, d'où ils mènent des opérations de guérilla et des attentats-suicides - parfois jusque dans la capitale somalienne - contre les symboles du fragile gouvernement somalien ou contre la force militaire de l'Union africaine en Somalie (Amisom) qui le soutient.

Avec AFP

XS
SM
MD
LG