Liens d'accessibilité

L'armée nigériane manque de moyens pour combattre Boko Haram, selon l'ex-chef d'état-major


Alex Badeh, ancien chef d'état-major des armées du Nigeria.

Alex Badeh, ancien chef d'état-major des armées du Nigeria.

L'armée nigériane manque de moyens financiers et matériels pour mettre en échec l'insurrection islamiste du groupe Boko Haram, a déclaré jeudi l'ancien chef d'état-major des armées, Alex Badeh.

"J'étais à la tête d'une armée qui manquait du matériel nécessaire et de motivation pour combattre un ennemi invisible et inséré dans la population locale", a dit le militaire au cours de son discours de départ.

Plus tôt ce mois-ci, le président Muhammadu Buhari a limogé Alex Badeh et l'ensemble des chefs de l'armée nommés par son prédécesseur, Goodluck Jonathan.

"Avec le temps, l'armée a été négligée et sous-équipée afin d'assurer la survie de certains régimes, tandis que d'autres régimes, sur les conseils de certains pays étrangers, ont délibérément réduit la taille de l'armée et l'ont sous-financée", a déploré Alex Badeh, sans préciser à quels régimes et pays étrangers il faisait allusion.

Les agissements d'une "cinquième colonne au sein de l'armée et d'autres agences de sécurité qui a divulgué des plans opérationnels et autres informations militaires sensibles aux terroristes" ont également rendu la lutte contre Boko Haram "particulièrement difficile", a-t-il dit.

La fuite d'informations essentielles a aussi "entraîné la mort inutile de nombreux officiers et hommes qui sont tombés dans des embuscades tendues par des terroristes, avertis à l'avance de l'approche des troupes", a-t-il ajouté.

Alex Badeh, qui a dirigé l'armée de l'air avant d'être nommé chef d'état-major des armées l'année dernière, a effectué plus de 38 ans de service dans l'armée nigériane.

L'armée a été fortement critiquée pour n'avoir pas réussi à contenir l'insurrection islamiste de Boko Haram qui a fait plus de 15.000 morts et 1,5 million de déplacés au Nigeria en six ans.

Avec AFP

XS
SM
MD
LG