Liens d'accessibilité

Madagascar : l’armée et la police appellent au calme


Des membres du parlement malgache, Antananarivo, 20 mai 2015.

Des membres du parlement malgache, Antananarivo, 20 mai 2015.

Les forces de l'ordre ont appelé au calme et au respect de l'ordre constitutionnel samedi à Madagascar, quatre jours après qu'une large majorité de députés a voté la destitution du président Hery Rajaonarimampianina.

"Nous n'accepterons et ne tolérerons jamais tout changement de régime contraire à la Constitution et aux lois en vigueur, quelle que soit sa manifestation, émanant de civils ou de militaires, qui pourra conduire le pays dans une nouvelle crise", a déclaré le ministre de la Défense, le général Olivier Dominique Rakotozafy, au nom de l'armée, de la gendarmerie et de la police.

"Tout le monde doit attendre dans le calme et accepter la décision qui sera prise par la Haute Cour constitutionnelle conformément à la loi fondamentale qui régit la République malgache", a-t-il dit devant des journalistes, alors que la Cour doit se prononcer sur la pertinence et la légalité du vote des députés.

"Il est ordonné à tous les éléments des forces de l'ordre d'accomplir leur travail comme il se doit, dans un total respect de la discipline", a précisé le général-ministre.

"Nous appelons à la sagesse de tous les citoyens, surtout les politiciens, pour ne pas inciter les forces de l'ordre à enfreindre la loi", a-t-il insisté, appelant la population "à rester calme et continuer à vaquer à ses occupations habituelles pour le développement du pays", et à ne pas céder à d'éventuelles provocations.

Une très large majorité des députés malgaches a voté mardi soir la destitution de Hery Rajaonarimampianina, démocratiquement élu en 2013 après cinq ans d'une grave prise provoquée par le renversement du président Marc Ravalomanana.

Ils accusent notamment le président, isolé politiquement, d'avoir violé la Constitution du pays, et plus généralement d'incompétence.

M. Rajaonarimampianina lui-même a dénoncé des irrégularité dans le vote des députés, et le pays attend maintenant le verdict de la Haute Cour constitutionnelle.

Avec AFP

XS
SM
MD
LG