Liens d'accessibilité

Alpha Condé à la VOA : "Il y a une prise de conscience de la communauté internationale contre l’Ebola"


Alpha Condé

Alpha Condé

Invité de la Voix de l'Amérique, le président guinéen s'est déclare satisfait de la réponse mondiale face à l’épidémie en cours.

Quelles sont vos impressions après ce sommet Etats-Unis Afrique ?

Alpha Condé : "C'était une première très importante. Le président Obama à une grande capacité de synthèse donc il nous a beaucoup écoutés. Il a compris ce que nous voulons. Il a fait des annonces notamment en matière d’électricité."

La lutte contre le virus Ebola a été au cœur de ce sommet. Avez-vous obtenu du soutien de la part des Américains ?

Alpha Condé : "Je dois d’abord dire que je suis venu à Washington au nom des Etats de la Mano River dont je suis le président en exercice. J’ai été mandaté malgré ce qui peut se dire sur certaines radios. J’ai rencontré le ministre américain de la Santé, les responsables du CDC (NDLR : Centre américain pour la prévention des maladies), les chercheurs et le Département d’Etat. Je suis satisfait car la Banque mondial va donner 200 millions de dollars. L’Angleterre annonce 5 millions de dollars. Il fallait bien que quelqu’un vienne parler en notre nom."

La situation est-elle totalement maîtrisée en Guinée ?

Alpha Condé : "Je ne dirais pas ça. A la frontière Sierra Leone-Liberia-Guinée, nous avons décidé de sécuriser la zone militairement. Nous venons en aide aux populations qui ne peuvent pas se déplacer. A Conakry, l’Ebola était presque fini malheureusement une famille a caché des malades avant de propager la maladie ailleurs."

Deux médecins américains contaminés par l’Ebola ont reçu un sérum expérimental alors que le virus est apparu en Afrique il y a plus de quarante ans. Faut-il envoyer ce sérum aux malades africains ?

Alpha Condé : "Cela dépend du gouvernement américain. Vous savez les laboratoires sont des entreprises commerciales. Un vaccin contre la grippe est vendu à des millions de personnes. Combien de personnes achèteraient le vaccin contre l’Ebola ? Il y a une prise conscience des pays puisque la directrice générale de l’OMS a déclaré qu’il s’agit d’une urgence mondiale. Les Etats vont s’engager pour trouver un vaccin. L’Ebola fait peur même s’il tue beaucoup moins que d’autres maladies."

La Guinée a été beaucoup décriée dans le passé pour sa gestion des ressources naturelles. Avez-vous le sentiment d’avoir changé les choses dans ce domaine depuis votre arrivée au pouvoir ?

Alpha Condé : "Il y a un nouveau code minier en Guinée et j’ai fait retirer 802 permis d’exploitation. J’ai renégocié avec Rio Tinto et engagé une action grâce à l’appui des du FBI, de la justice américaine et de la suisse contre Simandou 1 et 2 qui avaient vendu grâce à de la corruption. La Guinée a été admise dans l’ITIE."

Pourquoi les Guinéens ont toujours le sentiment de ne pas bénéficier de ces richesses ?

Alpha Condé : "J’ai hérité d’un pays, pas d’un Etat en 2010. Il fallait respecter les conditions du Fonds Monétaire International. Il fallait asseoir les bases d’un développement économique. Moi j’ai toujours été opposant, je n’ai pas géré la Guinée avant mon élection. Il faut se demander qui est responsable de cette situation."

Donc vous demandez de la patience aux Guinéens ?

Alpha Condé : "Ventre vide n’a pas d’oreilles. Nous devons nous battre pour améliorer les conditions de vie des Guinéens. Pendant cinquante ans, on n’a pas investi en Guinée dans le réseau électrique. J’ai donc fait un plan de 600 millions pour assurer le transport et la distribution d’électricité."

Quelle est votre analyse des violences de cette semaine dans la ville de Kankan ? La population accuse les forces de sécurité et la justice de complicité avec des bandits de la région dans des évasions.

Alpha Condé : "La Guinée avait deux problèmes quand je suis arrivée. D’abord, la réforme de la sécurité. Tout le monde sait quel était l’état de l’armée. J’ai mis à la retraite 4000 militaires et aujourd’hui nous avons une armée républicaine. L’autre problème, c’est la justice guinéenne qui est malade. Nous avons mis en place le Conseil supérieur de la magistrature pour sanctionner les mauvais magistrats. Nous avons aussi augmenté le salaire des magistrats. Lorsque vous dénoncez un bandit et qu’il se retrouve dehors, c’est normal que les populations se révoltent."

Vous avez été un opposant, avez passé du temps en prison. Pourquoi l’impunité perdure en Guinée ?

Alpha Condé : “Ca dépend de ce que vous nommez impunité. Je pense que la Guinée doit assumer toute son histoire. Nous avons mis en place une commission provisoire pour la réconciliation. Les Guinéens doivent se pardonner. Il n’y a pas plus d’impunité en Guinée qu’ailleurs. La Guinée a un ministre des droits de l’homme. Il est libre de critiquer le gouvernement.“

Propos recueillis par Nicolas Pinault

Voir les commentaires

XS
SM
MD
LG