Liens d'accessibilité

Trois des 12 démineurs pris en otage au Sénégal ont été libérés


La Casamance est fréquemment le théâtre de violences

La Casamance est fréquemment le théâtre de violences

Les trois femmes travaillant pour l’opérateur Sud-africain Mechem, qui avaient été enlevées vendredi à Kaylou, dans le département de Ziguinchor, ont été remises aux autorités sénégalaises.

Selon l'Agence Reuters, elles ont recouvré la liberté mercredi après-midi à Mpack, à la frontière entre le Sénégal et la Guinée-Bissau. Les rebelles les ont remises aux autorités de Bissau après l'intervention d'une ONG locale, Mao Mao Ku. "Nous avons convaincu les rebelles que la libération des otages serait un signe qu'ils veulent la paix et sont prêts à aller de l'avant dans les négociations avec les autorités sénégalaises", a déclaré Bigna Na Fantchamna, coordinateur de Mao Mao Ku, qui est cité par Reuters.

Neuf autres démineurs - des hommes - sont toujours entre les mains des combattants de César Atoute Badiate, chef d’Atika, la branche armée du Mouvement des forces démocratiques de Casamance (MFDC).

Plusieurs organisations de défense des droits humains sénégalaises et internationales, dont Amnesty International (AI), ont fermement condamné l’enlèvement des 12 démineurs en Casamance et ont exigé leur libération immédiate et sans condition.

La Casamance est le théâtre de violences sporadiques, de multiples trafics et d'actes de banditisme, alors même qu'elle fut à une époque une destination touristique majeure.
XS
SM
MD
LG