Liens d'accessibilité

Mali: la réconciliation sera difficile, mais reste possible


Nombre de monuments antiques de Tombouctou ont été saccagés durant la rébellion islamiste

Nombre de monuments antiques de Tombouctou ont été saccagés durant la rébellion islamiste

Le cabinet du Premier ministre malien, Django Cissoko, affirme que pour le moment, il n’y aucune négociation en vue avec le Mouvement national de libération de l'Azawad (MNLA), et qu’aucune décision n’est prise sur son éventuel déplacement vers Kidal.


Un hebdomadaire français avait pourtant publié ces informations. Le MNLA a lancé la rébellion le 17 janvier 2012, ce qui, selon grand nombre de Maliens, a ouvert la porte à toutes les dérives: pillages, partition du pays et prise du pouvoir par des islamistes radicaux.

La réconciliation reste problématique au Mali, mais elle reste possible, estime Mme Oumou Sall Seck, maire de la commune de Goundam dans la région de Tombouctou.

« J’ai espoir, vu tout ce qui nous lie au Mali » a-t-elle dit à la Voix de l’Amérique. « Mais c’est un travail colossal, car la déchirure est profonde » reconnait-elle. A noter que lorsqu’elle évoque la nécessité d’un dialogue, Mme Sall Seck n’incluse pas la possibilité d’y intégrer « les terroristes » responsables de nombreux sévices, dont des pillages, viols ou amputations. « Ces personnes là nous ont causé beaucoup de tort » dit-elle.
XS
SM
MD
LG