Liens d'accessibilité

Ghana : libération sous caution du porte-parole de Gbagbo


Laurent Akoun, center, a top FPI official, after his trial at a court in Abidjan, August 31, 2012.

Laurent Akoun, center, a top FPI official, after his trial at a court in Abidjan, August 31, 2012.

Un tribunal d’Accra a accordé ce mardi la liberté conditionnelle à Justin Koné Katinan.

Le Front Populaire Ivoirien, ancien parti au pouvoir, s’est immédiatement félicité de cette libération sous caution au Ghana de l’ancien porte-parole de Laurent Gbagbo. Justin Koné Katinan avait été arrêté, il y a quelques semaines, à Accra où il vit en exil depuis la chute de Gbagbo. Abidjan avait lancé un mandat d’arrêt contre lui et réclame depuis son extradition pour des crimes économiques.

Joint à Accra par Bagassi Koura, le Docteur Assoa Adou, un leader en exil du Front populaire ivoirien, se félicite de la libération de Katinan. « …C’est heureux pour nous Africains qu’il y a au moins un Etat Africain qui respecte l’état de droit et qui sait ce qu’on appelle état de droit… », a-t-il déclaré.


Le weekend dernier, le président ivoirien Alassane Ouattara, a ordonné la fermeture de la frontière avec le Ghana après l’attaque du poste-frontière de Noé, à environ 170 km à l’est d’Abidjan. Le gouvernement avait indexé des assaillants venus du Ghana. Lundi, la frontière aérienne a été rouverte, mais la frontière terrestre est toujours fermée. A Eloubo, principal point de passage entre les deux pays, l’activité économique est au ralenti depuis vendredi. C’est le calvaire des voyageurs et camionneurs bloqués sur place. Bagassi Koura a recueilli quelques unes de leurs réactions.

« Tous les camions sont bloqués ici. Il y a des chauffeurs ghanéens, des chauffeurs maliens, burkinabes, ivoiriens avec des passagers… »
XS
SM
MD
LG