Liens d'accessibilité

Mali : la tuerie des prédicateurs attribuée à un seul soldat


Des soldats maliens en faction devant le palais présidentiel.

Des soldats maliens en faction devant le palais présidentiel.

Selon, l’armée malienne, c’est un seul soldat qui est responsable de ce drame, et non toute l’armée.

Un porte-parole de l'armée malienne a déclaré dimanche qu’un seul soldat, et non pas toute l'armée, était responsable de l'assassinat de 16 prédicateurs islamiques tués à un poste de contrôle militaire.
«Ce n'est pas l'armée malienne", a déclaré Idrissa Traoré, en charge des relations publiques pour les forces armées du pays. "Il y a eu des victimes - c'était un soldat. Il a été capturé et l'enquête se poursuit. "
Les troupes maliennes sont en état d'alerte depuis que des militants islamistes ont pris le contrôle du nord du pays, à la suite d'un coup d'Etat militaire à Bamako en Mars.
Selon des agents de sécurité cités par la presse, les soldats ont ouvert le feu après que le groupe a refusé de s’arrêter à un poste de contrôle militaire.
Selon certaines informations, les prédicateurs - une moitié de la Mauritanie et l’autre du Mali - étaient de la secte modérée Dawa et n'étaient pas armés. Mais ils auraient pu être pris pour des terroristes en raison de leurs longues barbes. Ils se rendaient à une conférence à Bamako quand ils ont été tués dans la nuit de samedi, au poste de contrôle de Diabaly, à plus de 400 km au nord de la capitale.

Selon Traoré, c’était possible pour un seul soldat de tuer les 16 personnes à la fois sans l'aide d'autres soldats.

Le porte-parole de l'armée malienne a indiqué qu'il ne pense pas que ces tueries auront un impact sur la reconquête du nord du pays, actuellement sous contrôle de groupes islamistes extrémistes.

"Cela n'a rien à voir avec la mission de l'armée dans le Nord", a-t-il lancé.

Voir les commentaires

XS
SM
MD
LG